Le Maharajah d’Indore

IMG_0262

Depuis que j’ai lu un article dans Vanity Fair, l’histoire du Maharajah d’Indore me fascine. Il était jeune, avait une allure folle et a eu un destin hors du commun.
Quand j’ai su que le Musée des Arts Décoratifs mettait à l’honneur l’extraordinaire personnage que fut ce Maharajah, je n’ai pas hésité une seconde à voir cette exposition et je vais vous faire partager ce moment…

IMG_0249

L’histoire a oublié cet homme qui s’est retrouvé très jeune à la tête de la principauté d’Indore.

AA200
Yeshwant Rao Holkar II (1908-1961), plus connu sous le nom de Maharajah d’Indore dirigea la principauté d’Indore, fondée au XVIIIe siècle par la dynastie Holkar.  Accompagné de son épouse Maharani Sanyogita et d’artistes européens il fut le commanditaire de la première construction moderniste d’Inde, bien avant la célèbre cité de Chandigarh.

Palais-du-Maharadjah-d-indore-03-720x540

« Moderne Maharajah, un Mécène des années 30 » retrace cette aventure passionnante    en s’attardant aussi bien sur la vie du très jeune prince que sur les différents artistes qu’il a côtoyés et fait travailler dans le cadre de son étonnant projet architectural.

IMG_0243

IMG_0231

Le contenu du palais a été dispersé en 1980 lors d’une vente aux enchères où les grands collectionneurs français, américains et surtout qataris sont venus acheter des pièces.

moderne-marajah-mecene-des-annees-trente-mad-paris

Plus de 500 pièces – objets, photos, films amateurs, tableaux… et jusqu’à la reconstitution de certains décors redonnent vie, sous la nef du MAD Paris, à cette demeure. Le visiteur est embarqué sur les traces d’un souverain indien, tantôt en queue-de-pie, tantôt à dos d’éléphant.

IMG_0244

IMG_0245

Eduqué dans les années 1920 au Christ Church College d’Oxford en Angleterre, le Maharajah d’Indore est introduit très tôt dans le milieu culturel européen grâce à son précepteur francophone, le Belge Marcel Hardy.

Le photographe surréaliste Man Ray immortalise dès 1927 ce couple, ce dont témoignent dans l’exposition des planches-contacts jamais diffusées. Et tandis que la jeune maharani se rend dans les maisons de couture, son mari est reçu par le couturier Jacques Doucet qui lui fait visiter son studio et l’initie à ses collections d’art et de mobilier contemporain.

IMG_0242

IMG_0236

Les photographies présentes réalisées par Man Ray suffisent à elles seules pour résumer ces personnalités visionnaires et hors du commun qu’incarnèrent le Maharajah d’Indore et la Maharani Sanyogita. La modernité du palais de Manik Bagh sera le projet commun de ce duo qui sera très uni jusqu’à la disparition de la Maharani en 1937.
A Paris, le Maharajah et sa jeune épouse Sanyogita Devi sont entraînés dans un tourbillon artistique et mondain.

IMG_0227

148d8be_2019092145.0.2352978600rencontre_3_web

Milind-Dombale-Deshmukh-The-Great-Holkars-MD2002005-Maharaja-Yashwantrao-II-Holkar-With-Maharani-Sanyogita-Raje-Holkar

En 1929, le maharajah décide de se faire construire à Indore un palais qui conjuguerait luxe, confort et modernité. Pour bâtir cette bâtisse hors du commun, il fait appel à l’architecte berlinois Eckart Muthesius (1904-1989), à peine plus âgé que lui et rencontré à Oxford.

IMG_0230

palais-de-manik-bagh-exterieur-

IMG_0228

Le prince multiplie les séjours à Paris pour commander des meubles et se former à tout ce qu’il y a de plus avant-gardiste au cours de visites de salons de décoration et d’ateliers d’artistes.

palais-de-manik-bagh-

Ainsi il acquiert le Transat d’Eileen Gray, mais réclame une version chromée, plus brillante que l’originale qui était nickelée. Quant à la célèbre chaise longue basculante de Le Corbusier, Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret, il la retend d’une peau de léopard.

15_001

 

c39bf06_UHliHedS9XgAxTDooGWL-ELL

Outre la chaise longue en tubes d’acier du Parisien René Herbst, le maharajah s’est doté, auprès d’Eckart Muthesius, d’une paire de fauteuils en cuir synthétique rouge, un matériau novateur à l’époque, munie de lampes intégrées afin de lire commodément le soir.

388805-1

af5f1cd_-s1yQGhruO5Z6rv2Hj7DRIlb

L’histoire de ce prince ainsi que l’incroyable aventure de la construction du palais Manik Bagh sont une très belle découverte et vous fait voyager dans un autre monde.
Vous avez jusqu’au 12 janvier pour découvrir cette aventure…

Voici le lien de Vanity Fair, si vous souhaitez lire toute son histoire, vous verrez vous ne serez pas déçu!

https://www.vanityfair.fr/savoir-vivre/story/a-la-recherche-du-maharaja-perdu/10470?page=2

Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli
75001 Paris

https://madparis.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/expositions/expositions-en-cours/moderne-maharajah-un-mecene-des-annees-1930/

Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020.

Frédérique.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :